Université de Rouen
Cérédi - Centre d'étude et de recherche Editer-Interpréter
IRIHS - Institut de Rechercher Interdisciplinaire Homme Société
Université Paris-Sorbonne
CELLF
Obvil

Édition des Lettres de Juliette Drouet à Victor Hugo - ISSN : 2271-8923

Accueil > Lettres de Juliette Drouet à Victor Hugo > 1855 > Avril > 8

8 avril 1855

Jersey, 8 avril 1855, dimanche après-midi, 2 h.

Que tu es bon, mon cher bien-aimé, d’être revenu hier soir par cette nuit froide et pendant que tu avais du monde chez toi. Cette marque de ton ineffable bonté n’est certes pas nouvelle pour moi mais elle m’a touchée comme toujours jusqu’au plus profond de mon cœur. Je m’étais couchée malade et triste mais à ta douce voix, j’ai retrouvé des baisers et un sourire que je t’ai jeté à travers ma vitre pour te servir d’escorte et de phare en chemin ; t’en es-tu aperçu ? J’aurais voulu pouvoir m’endormir tout de suite sur cette bonne impression mais le souvenir de quelques-uns de tes derniers vers [1] m’a tenue éveillée presque toute la nuit. Et pourtant Dieu sait que je ne vais pas te faire un crime de tes regrets pour l’être fier et doux que tu crois avoir laissé pleurant en France et faire de ta peine le remordsb de ton injustice mais il m’est bien pénible de savoir que tu ne vois plus aujourd’hui sur le chemin de ta vie où je t’accompagne que l’ombre et les torts expiés dans lequel jadis tu trouvais des fleurs et des pelouses vertes. Cesa plaintes s’adressent à quelqu’un qui n’est pas précisément le lecteur littéraire. Je ne te demande pas ton secret, pas plus que tu ne peux m’empêcher de voir à travers la transparence de ta poésie l’état de ton cœur. Je voudrais, mon pauvre bien-aimé, t’inspirer plus de confiance en moi et te forcer à être heureux sans risquer d’offenser et de faire saigner le cœur de personne. Pour cela, il ne te faudrait qu’un peu de courage et de [franchise  ?]. Pourquoi ne le veux-tu pas ? Faut-il donc que je fasse tout le sacrifice à moi toute seule ? Je t’aime assez pour cela, si tu y consens, rien ne m’est impossible pour faire ton bonheur ?

Juliette

BnF, Mss, NAF 16376, f. 145-146
Transcription de Magali Vaugier assistée de Guy Rosa

a) « Ses ».
b) « remord ».

Notes

[1Les passages soulignés sont des citations du poème « La Destinée » (XXXIII), écrit en septembre 1854, et publié dans le « Livre lyrique » des Quatre vents de l’esprit : « Si j’ai laissé pleurant quelque être fier et doux, / Si j’ai dit : Haïssez, à ceux qui disaient : J’aime ; // Dieu ! si j’ai fait saigner des cœurs dans le passé, / Que votre grande voix me courbe et m’avertisse ! / Je demande pardon à ceux que j’offensai, / Voulant traîner ma peine et non mon injustice. // Je marche, à travers l’ombre et les torts expiés, / Dans la vie, aujourd’hui sans fleurs et jadis verte, / Morne plaine où déjà s’allongent à mes pieds / Les immenses rayons de la tombe entr’ouverte. »

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
(c) 2017 - www.juliettedrouet.org - CÉRÉdI (EA 3229) - Université de Rouen
Tous droits réservés.
Logo Union Europeenne