Université de Rouen
Cérédi - Centre d'étude et de recherche Editer-Interpréter
IRIHS - Institut de Rechercher Interdisciplinaire Homme Société
Université Paris-Sorbonne
CELLF
Obvil

Édition des Lettres de Juliette Drouet à Victor Hugo - ISSN : 2271-8923

Accueil > Lettres de Juliette Drouet à Victor Hugo > 1855 > Avril > 12

Jersey, 12 avril 1855, jeudi soir, 6 h.

Cher adoré, je brûle la politesse à dame Migraine pour te gribouiller cette pauvre petite restitus au risque d’être forcée de tenir compagnie à cette hideuse [illis.]… avant d’être arrivée jusqu’au bout du petit chapelet de tendresses et de baisers. Il est impossible d’être plus tyrannisée que je le suis pas cette affreuse migraine. Tout ce que je peux soustraire à son influence, je te le donne dans ces quelques mots barbouillés d’amour et de stupidité. Il faudra que je me décide à la saignée puisque le docteur ne voit pas d’autre soulagement immédiat à ces violents maux de tête. En attendant, je ne sais comment je ferai pour arriver sans folie jusque-là. Dans ce moment surtout, je ne sais où me fourrer pour ne pas perdre la tramontane. Pardonne-moi, mon cher petit Toto, cette maussade et douloureuse divagation, et tâche de venir bien vite faire diversion à cette atroce souffrance et mieux encore, à me guérir tout à fait car cela dépend de toi et ma vie aussi. Je t’adore.

Juliette

BnF, Mss, NAF 16376, f. 153-154
Transcription de Magali Vaugier assistée de Guy Rosa

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
(c) 2017 - www.juliettedrouet.org - CÉRÉdI (EA 3229) - Université de Rouen
Tous droits réservés.
Logo Union Europeenne