Université de Rouen
Cérédi - Centre d'étude et de recherche Editer-Interpréter
IRIHS - Institut de Rechercher Interdisciplinaire Homme Société
Université Paris-Sorbonne
CELLF
Obvil

Édition des Lettres de Juliette Drouet à Victor Hugo - ISSN : 2271-8923

Accueil > Lettres de Juliette Drouet à Victor Hugo > 1867 > Juillet > 30

Bruxelles, 30 juillet [18]67, mardi matin, 8 h. ¼

Bonjour et beau jour ce matin, mon cher bien-aimé, la chose est assez rare pour qu’on le signale. Espérons que cette petite entrevue de soleil durera plus d’un jour. Comment as-tu passé la nuit, mon grand adoré ? Bonne, n’est-ce pas ? Eh bien, moi aussi j’ai très bien dormi et je me porte très bien.
Nous ne sommes pas encore convenusa si ce serait aujourd’hui que je ferais ma visite. Il y a bien des choses dont je voulais te parler à ce sujet et dont il faudrait convenir d’avance entre nous. Si tu viens assez à temps tantôt, nous en causerons et je pourrai peut-être aller séance tenante place des Barricades, dans le cas où le moment serait opportun pour cela. La petite rechute des yeux de ta pauvre chère femme pourrait être un empêchement pour aujourd’hui. Enfin tu en décideras.
Est-ce que tu ne trouverais pas juste d’inviter Mme Berru à dîner chez toi en même temps que son mari jeudi ? Ce serait une compensation à son sacrifice du gala du baptême. Ce que je t’en dis n’est que pour appeler ton attention, dans le cas où il te conviendrait d’avoir chez toi cette excellente femme ce jour-là. Quant à moi, personnellement, je n’y gagne rien et je t’adore. Voilà tout.

BnF, Mss, NAF 16388, f. 202
Transcription de Jeanne Stranart assistée de Florence Naugrette

a) « convenu ».

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
(c) 2017 - www.juliettedrouet.org - CÉRÉdI (EA 3229) - Université de Rouen
Tous droits réservés.
Logo Union Europeenne