Université de Rouen
Cérédi - Centre d'étude et de recherche Editer-Interpréter
IRIHS - Institut de Rechercher Interdisciplinaire Homme Société
Université Paris-Sorbonne
CELLF
Obvil

Édition des Lettres de Juliette Drouet à Victor Hugo - ISSN : 2271-8923

Accueil > Lettres de Juliette Drouet à Victor Hugo > 1863 > Juillet > 31

Guernesey, 31 juillet [18]63, vendredi matin, 7 h. ½

Bonjour, mon cher bien-aimé ; bonjour, joie et bonheur si tu as bien dormi toute la nuit malgré le grand vent. Quant à moi, cela m’a tenue éveillée presque toute la nuit, ce qui ne m’empêche pas, à quelques douleurs près, d’être assez gaillarde ce matin. Je ne suis montée me coucher qu’à onze heures moins un quart hier toujours dans l’espérance de te voir, mais hélas inutilement. Les favorisés de Hauteville t’ont gardé jusqu’à la dernière minute et ils ont bien fait. Je les envie et je les approuve. Quelle bonne grande lecture tu leur as faitea et qu’ils ont dû trépigner, pleurer et crier d’enthousiasme ! Rien que d’y penser je sentais toutes ces émotions en moi ; qu’est-ce que cela a dû être pour ceux qui entendaient de VRAI et te voyaient de leurs yeux ? Il m’a semblé que tu avais des bougies au lieu de ma lampe ? Peut-être avais-tu les deux ? Mais cela n’importe pas pourvu que tu aies trouvé moyen de lire sans fatiguer tes yeux. Voilà l’essentiel. Je voudrais savoir aussi si cette longue lecture ne t’a pas fait mal à la gorge. Malheureusement à distance il est impossible de savoir tous ces détails et il faut que j’attende à tantôt pour connaître le résultat de cette grande fête des esprits et des cœurs. Jusque-là j’assiste, non sans rire, à tes combats contre le vent et je regarde s’envoler ton lit par-dessus les toits. Voilà Suzanne qui rapporte la lampe et je vois que tu n’en as pas usé. C’est humiliant pour elle car cela prouve que tu avais donné la préférence à un meilleur éclairage. Quant à moi qui pourraisb me sentir atteinte dans ma LUMIÈRE, je te pardonne si tes yeux sont en bon état ce matin et si ton cœur m’a été fidèle du tout au tout. Mais qui me le dira ? THAT IS THE QUESTION. Enfin je tâcherai de voir à travers l’épais bandeau de mon amour.

J.

BnF, Mss, NAF 16384, f. 203
Transcription de Gérard Pouchain

a) « faites ».
b) « pourrait ».

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
(c) 2017 - www.juliettedrouet.org - CÉRÉdI (EA 3229) - Université de Rouen
Tous droits réservés.
Logo Union Europeenne