Université de Rouen
Cérédi - Centre d'étude et de recherche Editer-Interpréter
IRIHS - Institut de Rechercher Interdisciplinaire Homme Société
Université Paris-Sorbonne
CELLF
Obvil

Édition des Lettres de Juliette Drouet à Victor Hugo - ISSN : 2271-8923

Accueil > Lettres de Juliette Drouet à Victor Hugo > 1837 > Octobre > 28

28 octobre [1837], samedi après-midi, 3 h. ½

Je suis bien sûre, mon cher petit homme, que vous voilà parti pour ne plus revenir au moins d’ici à longtemps. Cependant j’ai bien besoin de prendre l’air et de faire diversion à l’affreux mal de tête qui m’abrutit depuis trois grands jours.
Je viens d’écrire à Manière et à Laure [1]. Tu verras les lettres si tu viens d’assez bonne heure pour cela. Je vous aime mon Toto chéri, je vous aime. Savez-vous cela seulement ? Vous vous moquez trop de moi pour que je croiea que vous me le rendez, je parle de mon amour. Ce serait cependant bien gentil d’être à l’unisson dans un si charmant duo dont vous faites le premier dessus [2]. Jour on jour. Il fait bien beau….. je ne vous dis que ça, c’est bien assez. Si vous avez pour deux liards d’humanité, à bientôt n’est-ce pas ? Voime, voime. Je t’en fiche. Mais qu’est-ce donc que vous me faites pour que je vous aime autant ? Vous me bousculez, vous ne me faites jamais sortir, vous êtes bête, vous êtes vieux, vous êtes gros, vous êtes laid et vous ne m’aimez pas. Et pourtant je vous adore et je vous trouve charmant, jeune, svelte, beau. Ce que c’est que l’amour et qu’on a bien raison de le représenter avec un bandeau sur les yeux. PHAME ! L’amour classique [3] ! je l’aime et je t’adore.

Juliette

BnF, Mss, NAF 16331, f. 321-322
Transcription de Sylviane Robardey-Eppstein

a) « croye ».


28 octobre [1837], samedi soir, 10 h. ¼

Cher petit bien-aimé, je t’écris de partout parce que partout je t’aime et que sans cesse je pense à toi. Je suis arrivée chez Mme Pierceau au moment où elle dînait. Son pauvre petit garçon ne va pas encore mieux. On lui a remis hier son pauvre petit bras [4]. Tu juges de ce que la mère a dû souffrir. Aussi est-elle horriblement fatiguée. Je me reprocherais de l’empêcher de se coucher si elle ne passait pas toutes les nuits sans se déshabiller. Mon mal de tête fait mine de se calmer. J’espère que si nous marchons ce soir il sera tout à fait parti en arrivant. Je vous aime mon Toto chéri. Je vous aime de toute mon âme. Si vous êtes bien inspiré vous viendrez très tôt car j’ai bien besoin de vous voir et de m’assurer que vous êtes encore le ravissant Toto de tantôt. J’ai lu un bout de l’article de Thierry [5]. Je le trouve d’autant plus charmant qu’il ne t’en a pas parléa avant de le faire paraître. Il faut bien qu’il y en ait un, dans le nombre des grimauds qui t’entourent, qui se distingue par sa délicatesse et sa loyauté.
Soir pa, soir man. Mme Pierceau s’endort et moi je vous attends sous les armes [6], le cœur à la 3e position, l’œil fixe à quinze pas et le petit doigt sur la couture de ma culotte [7].

Juliette

BnF, Mss, NAF 16331, f. 323-324
Transcription de Sylviane Robardey-Eppstein

a) « parler ».

Notes

[2« Premier dessus » : voix la plus haute dans les aigus quand la partie chantée se subdivise.

[3Dans sa lettre du 2 août au soir, Juliette a déjà évoqué les aveuglements de l’amour « classique » à la Racine.

[4Voir la lettre de la veille (matin). Le fils de Mme Pierceau a été victime d’un accident et s’est cassé le bras.

[6Parée et habillée.

[7Dans la foulée de l’expression qui précède cette phrase (« sous les armes »), Juliette brode sur des formules appartenant au langage militaire : la « troisième position » est un terme d’escrime (pied droit en avant, genoux perpendiculaires à la pointe des pieds) ; « l’œil fixé à quinze pas » : expression courante pour désigner le mode et la distance d’observation (une dizaine de mètres) des gardes en faction ; « le petit doigt à la couture du pantalon » : position obligatoire de la main lorsque le soldat est au garde-à-vous. Cette dernière expression peut aussi vouloir dire « obéir au chef ».

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
(c) 2017 - www.juliettedrouet.org - CÉRÉdI (EA 3229) - Université de Rouen
Tous droits réservés.
Logo Union Europeenne