Université de Rouen
Cérédi - Centre d'étude et de recherche Editer-Interpréter
IRIHS - Institut de Rechercher Interdisciplinaire Homme Société
Université Paris-Sorbonne
CELLF
Obvil

Édition des Lettres de Juliette Drouet à Victor Hugo - ISSN : 2271-8923

Accueil > Lettres de Juliette Drouet à Victor Hugo > 1841 > Mai > 29

29 mai 1841

29 mai [1841], samedi soir, 6 h. ¾

J’ai voulu finir d’arranger mes armoires, mon amour, et puis copier ce que tu as écrit tantôt [1] auparavant de t’écrire. Je n’ai pris que le temps d’écrire à la mère Lanvin pour y envoyer Suzanne. Le mari ira demain la chercher [2]. Je n’ai pas même pris le temps de me débarbouiller, mon adoré, pour te donner plus vite ma pensée, mon cœur, mon âme dans ces sept lettres : je t’aime. J’ai eu aussi la visite de Mme Laporte qui venait savoir si j’avais été contente de la toilette de ma fille, en même temps elle m’apportait son mémoire qui se monte, pour ma fille seulement, à 72 F. sur lesquels il n’y a pas un sou à diminuer car tous les prix sont très modérés et très consciencieux. J’aurai en outre la blanchisseuse à payer, le cirage et autres menus frais de ce jour solennel [3]. L’argent du petit bandeau [4] y passera tout entier mais, mon cher bien-aimé, il n’y avait pas moyen de faire autrement ni de faire moins car elle n’avait même pas de souliers blancs. D’ailleurs, mon adoré, je suis prête à vendre tout ce que j’ai pour nous aider à franchir ce passage si rude et devenu encore plus difficile par la combinaison de ta réception [5] et de la Première communion. Je suis toute prête à mettre comme cheval de renfort sur cette lourde dépense que tu tires à toi tout seul tout ce que j’ai et encore autre chose que j’aurais en cherchant bien.
Je t’aime, mon Toto chéri. J’ai eu la faiblesse de mettre du camphre dans toutes les poches de vos paletots et même dans le gousset de montre de votre gros pantalon gris [6] : on n’est pas plus JUJU que ça. Aussi j’espère que vous m’en récompenserez par beaucoup d’amour. Je marquerai votre foulard en toutes lettres ce soir [7] mais auparavant je vais me mettre un peu d’eau sur la figure, je ferai votre tisanea et ma lampe. Je suis hideuse mais je vous aime, je suis lasse mais toutes mes armoires sont poivrées et camphrées et j’ai copiéb votre manuscrit, je suis sale comme un chien perdu mais j’ai l’âme blanche et je vous adore.

Juliette

BnF, Mss, NAF 16345, f. 201-202
Transcription de Gwenaëlle Sifferlen assistée de Florence Naugrette

a) « tisanne ».
b) « copie ».

Notes

[1Juliette a l’habitude de recopier les textes (articles de presse et ouvrages qui intéressent ou inspirent Hugo) ainsi que les œuvres personnelles du poète avant qu’elles ne soient proposées aux éditeurs. Ces brouillons sont notés par exemple dans l’album vert et les notes mentionnées, qui seront publiées dans Choses vues, décrivent un terrain abandonné à la place de l’ancien théâtre du Vaudeville, brûlé en juin 1839, et dans lequel pousse une délicate pâquerette.

[2Les Lanvin vont chercher Claire pour qu’elle vienne passer les fins de semaine chez sa mère, puis la ramènent à sa pension de Saint-Mandé.

[3Claire vient de faire sa 1re communion, le jeudi 27 mai, et c’est Mme Laporte, couturière, qui était chargée de sa toilette.

[4Il s’agit du petit bandeau de communion de Claire, assorti à la toilette commandée par sa mère.

[5La réception de Victor Hugo à l’Académie française est prévue pour le 3 juin 1841. Cette séance est publique et Juliette doit y assister.

[6Le camphre possède de nombreuses vertus : placé dans les placards et les armoires, c’est un très bon insecticide, il possède des propriétés antiseptiques et légèrement anesthésiques. Traditionnellement, on prétend aussi qu’il a le pouvoir de protéger contre les maladies contagieuses et les rhumes en le suspendant contre sa poitrine ou en le mettant dans sa poche sous forme de petits cubes.

[7S’agit-il du foulard que Hugo portera avec son costume le jour de sa réception et sur lequel Juliette va graver ses initiales ?

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
(c) 2017 - www.juliettedrouet.org - CÉRÉdI (EA 3229) - Université de Rouen
Tous droits réservés.
Logo Union Europeenne