Université de Rouen
Cérédi - Centre d'étude et de recherche Editer-Interpréter
IRIHS - Institut de Rechercher Interdisciplinaire Homme Société
Université Paris-Sorbonne
CELLF
Obvil

Édition des Lettres de Juliette Drouet à Victor Hugo - ISSN : 2271-8923

Accueil > Lettres de Juliette Drouet à Victor Hugo > 1879 > Novembre > 30

Dimanche 30 novembre [18]79

Holden for ever ! Hurah ! [1] À deux heures précises, rendez-vous à ce spectacle promis. Quant à moi, je m’épêche, je m’épêche, je m’épêche, dare, dare, darea, pour n’en pas perdre une goutte. Seulement l’adresse n’est pas indiquée mais je suppose que Mme Lockroy la sait.
Cher bien-aimé, je te souris pour te prouver combien j’ai à cœur que rien ne détonne dans ton doux bonheur de Papapa aujourd’hui, plus encore que les autres jours. Je me dépêche d’expédier les clics et les clacs à notre nombreux personnela. C’est pour cela que je t’écris de brics et de brocs au hasard de ma plume, de ma pensée et de mon cœur. Je suis si désireuse de ne pas retarder d’une seconde le plaisir de tant de monde que j’entasse Pélion sur Ossa [2] au risque de ne plus savoir ce que je fais. Tant pis, je t’adore, fais-en ce que tu voudras.

[Adresse]
Monsieur Victor Hugo

BnF, Mss, NAF 16400, f. 290
Transcription d’Apolline Ponthieux assistée de Florence Naugrette

a) « dar, dar, dar ».
b) « personnels ».

Notes

[1Thomas Holden donne un spectacle de marionnettes à Paris en 1879 (Paul Ginisty et Théodore de Banville rendent compte de son spectacle).

[2Expression littéraire qui signifie « tenter l’impossible ». Il s’agit d’une référence aux géants qui tentèrent d’entasser le mont Ossa sur le mont Pélion pour atteindre les cieux.

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
(c) 2017 - www.juliettedrouet.org - CÉRÉdI (EA 3229) - Université de Rouen
Tous droits réservés.
Logo Union Europeenne